Le Stress et ses effets sur le corps


Le stress, loin d'être néfaste en soi, peut donc être très utile et on peut être sûr qu'il a permis à nos ancêtres d'échapper à bien des dangers. De nos jours, les stimulus stressant sont rarement une bête sauvage et beaucoup plus souvent une situation sociale comme un examen ou une menace verbale d'une autre personne. Notre cortex cérébral, en décodant le langage, peut se représenter des situations qui auront sur notre cerveau le même effet que la menace concrète d'un prédateur. La culture humaine se raffine, mais les réactions émotives de base restent les mêmes.

Lors d'un stress, le corps DOIT éventuellement agir pour mettre un terme à cette attente en tension. Car les modifications du système sympathique sont toutes orientées vers une dépense importante et immédiate d'énergie. Par exemple, la fréquence des battements cardiaques et de la respiration augmente pour faire parvenir plus de sang oxygénés aux muscles. Le sang qui va normalement à la peau et aux viscères est lui aussi réorienté vers les muscles, etc.

StressCycle

On comprend qu'on ne peut maintenir cet état trop longtemps sans que cela cause des problèmes à l'organisme. L'hypertension et les ulcères d'estomac sont par exemple des symptômes attribués au stress, donc à une inhibition de l'action. Le stress diminue aussi à la longue nos défenses immunitaires. Ce phénomène maintenant bien reconnu a même donné naissance à un nouveau domaine de recherche: la neuro-psycho-immunologie. En d'autres termes, notre cerveau, et donc nos pensées et nos émotions, influence notre résistance aux maladies.

On connaît même plusieurs mécanismes par lesquels le cerveau, interagit avec les défenses de notre organisme. On sait par exemple qu'un état d'inhibition de l'action ou de stress soutenu élève le taux de glucocorticoïde de notre organisme. Or ces substances anti-inflammatoires naturelles de la même famille que la cortisone sont reconnues pour affaiblir à la longue notre système immunitaire. On devient alors plus susceptible aux microorganismes pathogènes par exemple. Donc quand quelqu'un dit qu'il a perdu sa job ou vécu une rupture amoureuse et qu'en plus, comme si le sort s'abattait sur lui, il a attrapé une grosse grippe, il confond destin et relation de cause à effet. 

Prévention contre le stress
Vingt minutes de yoga ou de méditation par jour suffiraient donc à lutter activement contre le stress, et donc contre les maladies qui y sont liées. Plus qu'un curatif du stress, la pratique du yoga permettrait aussi une action préventive des sensations de stress.

main yoga

Les résultats de l'équipe du Dr. Benson, chercheur de l'Ecole de médecine de Harvard, sont formels : les techniques du yoga agissent directement sur l'expression des gènes liés au stress et inversent le processus.

Pour les besoins de ces travaux, le professeur de Harvard a suivi 58 personnes. Si plusieurs d'entre elles pratiquaient déjà le yoga, comme le tai-chi, d'autres volontaires étaient complètement étrangers à cette pratique zen. Résultat, l'analyse démontre que les personnes pratiquant quotidiennement une technique de méditation ou de relaxation activent complètement différemment leurs gènes liés au stress. 

Agissant comme un inhibiteur de stress, la relaxation permettrait en fait de mieux contrôler leur anxiété. Selon les auteurs de l'étude, le cerveau des adeptes du yoga serait entraîné de telle façon qu'ils réagiraient à un état d'anxiété de façon inverse aux personnes qui ne font pas de yoga. Les adeptes de ces techniques maitriseraient ainsi plus de 2000 gènes différents.

556


© Manon Tousignant 2013     Designed by Matthias Grusz